Atelier AÔI > Le blog > AÔI découvertes > Miso « je t’adore… « 

Le miso fait partie de ces produits que j’ai découverts en apprenant à cuisiner japonais. Auparavant, comme beaucoup d’entre vous je me régalais avec cette petite soupe de début de repas (enfin pas tout le temps finalement) en allant chez le « Jap du coin ».
On ne savait pas exactement ce qu’il y avait dedans, mais elle faisait preuve d’une efficacité certaine … même auprès des enfants.

Mais on n’a absolument aucune idée de ce qui en est l’ingrédient principal, le fameux Miso. Sans être un reproche, il s’agit simplement d’un constat. C’est bien dommage car cet ingrédient ou ce condiment – eh oui double fonction – est « puissantissime » 💪💪💪

Issu de la fermentation du soja (mais également du riz ou de l’orge) d’eau et de sel de mer, la pate miso est riche en acides aminés (protéines de soja), en vitamine B (bénéfique pour le système nerveux), facilite la digestion…. et j’en passe.
Grâce à son goût marqué, salé et unique, vous pouvez l’utiliser dans la soupe bien-sûr, mais également pour préparer des marinades pour vos viandes, poissons, légumes, crèmes et également dans la pâtisserie (Si si je vous assure j’ai testé !).
On distingue plusieurs variétés selon :
✔️ L’ingrédient fermenté : Miso de soja, Miso de riz, Miso d’orge, Miso mixte.
✔️ La force du goût et sa couleur. Le miso blanc ou Shiro Miso possède une saveur douce, alors que le miso plus foncé voire rouge, le  Aka miso, est plus prononcé et résulte d’une fermentation plus longue (mon préféré 😋…).
Il y aurait autant de sorte de miso que d’îles au Japon ! Car, en fonction du dosage des ingrédients, du temps de fermentation, de l’affinage des graines et de l’humeur du producteur 😆… l’aspect et le goût seront différents.

Pour la p’tite histoire, le miso serait apparu en Chine puis Importé au Japon au 6ème siècle de notre ère. il était d’abord réservé à la noblesse japonaise et aux samouraïs. Sa popularité s’est développée après la seconde guerre mondiale. Aujourd’hui c’est un ingrédient incontournable de la cuisine japonaise : 10kg consommés/hab/an !
Je n’ai pas eu la chance d’y aller, mais on dit que les habitants de la ville de Nagoya utilisent le Miso à « toutes les sauces » : dans leur marmite Nabé, leur ramen, avec la viande, le poisson, la pâtisserie et même sur le pain le matin (fake news ? 🙄🤥🤔).
Mais quand on aime on ne compte pas n’est-ce pas !?
Avant de se quitter, dernière petite info, si vous voulez passer pour un(e) pro du miso… On dit « Missssso et non pas Mizo ».

Maintenant que vous en savez un peu plus, lancez-vous !
RDV dans la rubrique « Nos cours » ou « La p’tite epicerie » pour en savoir plus ou contactez-nous directement sur contact@atelier-aoi.com ou au 06.52.10.52.25.

Partager